• AD Montpertuis

Un faisceau d'indices

Dernière mise à jour : 5 juil.



C'est un faisceau d'indices, plutôt qu'une preuve unique, qui nous fait craindre une résurgence du projet de raffinerie d'éthanol-bois sur le site de Montpertuis. Au fil de ces pages News, nous mettrons en ligne plusieurs nouveaux indices.


Jusqu'à présent, les éléments suivants nous avaient incités à ne pas relâcher notre vigilance, malgré les paroles rassurantes sur l'abandon du projet éthanol et de toute autre activité polluante.


1 - Le manque d'engagement réel de la part de Vichy Communauté. Plus précisément, son refus d'inscrire cet engagement sur un document opposable, le Plan Local d'Urbanisme (PLU) de la ville de Bellerive-sur-Allier, alors même que ce PLU ouvre le site à l'industrialisation à plus ou moins long terme. C'est à cause de ce manque de garanties que l'association Danger Montpertuis a été obligée de former un recours juridique contre le PLU en question. Mais Vichy Communauté préfère endurer, et faire endurer à ses contribuables un procès interminable (déjà quatre ans), plutôt que de s'engager à ne rien construire de polluant sur le site.


2 - L'incroyable opacité de tout ce qui a trait au développement du site de Montpertuis. Pour obtenir le moindre renseignement, il faut faire appel à une juridiction nationale, la Commission d'Accès aux Documents Administratifs (CADA). Et même lorsque celle-ci réitère notre droit à prendre connaissance des documents demandés, Vichy Communauté refuse, préfère priver les citoyens de leurs droits, plutôt que de communiquer des documents sur Montpertuis, sur sa pollution et sur ses projets ( cf ici au 5 novembre 2018). Récemment, même la Préfecture a refusé de nous communiquer le bilan de la dépollution du site, nécessitant un nouveau recours auprès de la CADA.


3 - L'omerta: en Conseil Communautaire, des élu(e)s comme Isabelle Réchard demandent souvent des éclaircissements sur les projets concernant le site de Montpertuis. Mais les réponses sont évasives (lire par exemple dans ce compte-rendu du Conseil Communautaire du 2 décembre 2021). Lors du Conseil Communautaire du 16 juin 2022, le Président a répondu que le sujet ne serait pas abordé en séance publique, mais dans une "commission" dont l'accès est interdit au public.



4 - Les procédures-baillons: Le summum de l'omerta a été, bien sûr, l'imposition à notre encontre de trois procédures-baillons en 2018. Suite à des plaintes de Vichy Communauté, nous avons été convoqués dans le cadre de trois enquêtes judiciaires pour diffamation, diffusion de fausses nouvelles et affichage sauvage (article de presse ici). Ces auditions et convocations "en rafale" faisaient suite à des plaintes infondées (elles ont été classées sans suite), et laissent à penser qu'il s'agissait d'une opération d'intimidation. Nous continuons à soutenir qu'un débat sur l'avenir du site de Montpertuis serait non seulement légal, mais nécessaire. Censurer le débat, c'est faire prospérer le soupçon.


5 - Anecdotique, cet incident nous a quand même troublés. Le 28 janvier 2017, lors d’une réception à l’opéra de Vichy, Frédéric Aguilera avait dit ceci à des membres de notre association: « Vous me faites penser aux opposants de l’incinérateur de Clermont-Ferrand : ils ont eu beau s’agiter pendant des années, le projet s’est fait quand même.»





29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout